Brésil : Les inondations et les glissements de terrain ont tué au moins 104 personnes à Petropolis.

0
316
Brésil : Les inondations et les glissements de terrain

Les inondations et les glissements de terrain ont tué au moins 104 personnes à Petropolis. Après les inondations et les glissements de terrain, la situation financière déplorable de Petropolis continue de s’aggraver. La Défense civile a annoncé jeudi qu’au moins 104 personnes avaient trouvé la mort. Les habitants de cette ville de vacances au Brésil sont menacés par de nouvelles fortes pluies jeudi, deux jours après les pires pluies depuis 90 ans dans la ville.



« A ce stade nous avons enregistré 104 décès et les pompiers ont retrouvé 24 survivants », a déclaré la Défense civile de cette localité située à 60 km au nord de Rio, dans le sud-est du Brésil. Dans les rues de Petropolis, survolées par les hélicoptères des sauveteurs, de nombreux habitants parlaient jeudi matin de proches ou voisins disparus, dont le nombre s’élève officiellement à 35, a constaté un journaliste de l’AFP.

Une instabilité météorologique et des averses sont attendues.



De mercredi à jeudi, les pompiers ont travaillé toute la nuit dans la métropole de 300.000 habitants, mais ont été contraints de s’arrêter quelques heures en raison de l’instabilité des sols inondés. La situation, cependant, a le potentiel de s’aggraver. « Plusieurs pluies violentes (demain) dans la soirée ou la nuit », a prévenu la défense civile, ajoutant que « de nouvelles alertes pourront être émises à tout moment ».



« Ceux qui se trouvent dans des régions à risque doivent se réfugier dans un endroit sûr », a averti la défense civile, ajoutant que 33 écoles accueilleraient les criminels en cas de fortes pluies. Mercredi, le compte rendu constamment préliminaire a été mis à jour heure par heure alors que de fortes pluies transformaient les rues pittoresques de la ville en rivières de boue, en maisons aplaties et en renversant des centaines d’automobiles.

Un centaine de pompiers



Cette saison des pluies, le Brésil a été martelé par de fortes précipitations, notamment dans les États de Bahia (nord-est), Minas Gerais et Sao Paulo (sud-est). Selon les experts, le risque de précipitations extrêmes augmente à mesure que le climat se réchauffe. Les inondations et les glissements de terrain sont favorisés par ces pluies, qui sont particulièrement fréquentes au Brésil en raison de sa faible urbanisation.



Petropolis compte plus de 180 pompiers et 400 soldats à la recherche de restes enterrés dans la ville de montagne. L’endroit le plus endommagé est Alto da Serra, une crête où de nombreuses familles ont été forcées de descendre en larmes mercredi, enterrant leurs biens les plus importants. Petropolis a proclamé un « état de catastrophe » et imposé un couvre-feu de trois jours sur la ville.

>>Lire aussi : Nigeria : le pays apporte une alternative à pénurie d’essence

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici