Thor 4 : voici les raisons qui font de cette production Marvel un chef d’oeuvre

0
95
thor 4

Certains cinéastes sont connus de tous en raison de leur sujet de prédilection et de leurs frasques derrière la caméra. C’est le cas de Steven Spielberg, Ridley Scott, Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, et plus récemment de Jordan Peele ou James Gunn. Taika Waititi mérite une place de choix dans ce cercle exclusif. Le film le plus récent du MCU, Thor : Amour et Tonnerre, en est un exemple convaincant. Thor 4 est une œuvre d’art complète, ni plus ni moins.

Film signé de Taika Waititi

Nul autre que l’incomparable Taika Waititi, bien connu du grand public pour la précédente aventure du dieu nordique Thor : Ragnarok (2017) et Jojo Rabbit, a produit le film Thor : Amour et Tonnerre (2019).

Ce réalisateur et scénographe néo-zélandais s’est imposé à Hollywood en quelques années et supervise des projets pour Marvel Studios en plus d’autres. Il est actuellement en charge du mystérieux film Star Wars, dont on ne sait que très peu ou rien du tout. Cette mobilité ascendante est peu gratifiante, mais elle peut être attribuée à son style singulier et à sa vision du 7e art, dont il est désormais un fervent représentant. Taika Waititi joue fréquemment avec les équilibristes, tant sur le plan visuel que narratif. Ce Néo-Zélandais né à Wellington s’amuse à dérouter les spectateurs, à changer de ton, à illustrer des idées manifestement abstraites, etc. Autrement dit, faire un film au risque de choquer les fans du Marvel Cinematic Universe (ou MCU) qui se sont habitués à une formule destinée à séduire le plus grand nombre au détriment de l’intrigue et/ou de la forme. Le résultat est que Thor 4 a une vibration propre à Taika Waititi.

Une histoire peu claire mais obscure

Thor : Ragnarok annonçait la couleur, mais Love and Thunder frappe beaucoup plus fort et de manière plus appropriée. Après la chute du royaume d’Asgard et le décès de ses parents, ce membre fondateur des Avengers se prépare à faire face à la perte d’un être inestimable. Le poids de la solitude, les regrets, la nécessité de trouver une raison de vivre ne sont que quelques-uns des thèmes lourds et hautement symboliques abordés dans les nouvelles aventures du dieu nordique.

Le réalisateur Taika Waititi parvient à aborder des sujets que l’on pourrait qualifier d’accablants à travers le prisme d’un humour corrosif, à la fois sec et « plein premier degré » qui mouche fréquemment. L’histoire de Thor : Amour et Tonnerre s’inscrirait dans la mouvance du « clair-obscur » s’il s’agissait d’un tableau, tant les événements du film ont alternativement jeté le chaud et le froid sur un public désemparé. Les personnages colorés et sombres de Thor et Gorr dans ce dernier volet du Marvel Cinematic Universe servent d’exemples idéaux du fossé dramatique que présente l’histoire. Thor 4 est tout cela et bien plus encore. Il est sombre et vibrant, humoristique et mélancolique.

Un voyage visuel épique

thor 4

Quelques visuels hors des sentiers battus sont permis comme à l’accoutumée par le réalisateur néo-zélandais, donnant au film un certain cachet. Thor : Amour et Tonnerre m’a aidé à visualiser des idées abstraites. Il ne se contente pas de les décrire ou de leur donner vie par les mots, il les illustre habilement. Le Royaume des Ombres, qui est censé absorber les couleurs, le fait pratiquement à l’écran. Cette décision, qui va au-delà de la préférence esthétique, donne lieu à une séquence d’action en noir et blanc époustouflante qui souligne l’urgence de la situation et la perte de foi/humanité dont fait preuve Gorr, le Boucher des Dieux incarné par l’acteur Christian Bale dans la trilogie Dark Knight de Christopher Nolan.

Thor : Love and Thunder rend également hommage aux bandes dessinées dont il s’inspire ouvertement en utilisant des papiers découpés pour plusieurs de ses scènes. Le film fait tout son possible pour rendre réalistes les royaumes terrestres de la Nouvelle Asgard, la cité lumineuse des dieux connue sous le nom de Cité de l’Omnipotence, ainsi que plusieurs mondes extraterrestres aux environnements inhabituels et propices au plaisir. Taika Waititi et ses équipes collaborent ici avec des éléments à la fois familiers et exotiques, les fusionnant et les réarrangeant pour nous surprendre davantage et nous faire voyager. Thor 4 est complet, et c’est crucial à la lumière d’un marché prompt à écarter les films de super-héros. >>Lire aussi : Voici les 7 principaux avantages de l’automatisation du marketing digital

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici