Invasion russe en Ukraine : Poutine lance les hostilités

0
197
Invasion russe en Ukraine

Jeudi, Vladimir Poutine a lancé une invasion de l’Ukraine, avec des attaques aériennes et des forces terrestres provenant de diverses sources, et des responsables ukrainiens ont déclaré un bilan préliminaire de 56 personnes, dont un grand nombre de civils, quelques heures plus tard.



L’incident a suscité une réponse rapide de la communauté internationale, avec des réunions d’urgence prévues dans un certain nombre de pays à travers le monde, y compris l’Empire ottoman et l’Union européenne.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré la guerre après avoir reconnu lundi l’indépendance des zones rebelles ukrainiennes du Donbass et autorisé mardi une intervention du Parlement russe.



« J’ai pris la décision d’une opération militaire spéciale », a annoncé le maître du Kremlin dans une déclaration surprise à la télévision avant 6H00 du matin (03H00 GMT). « Nous nous efforcerons d’arriver à une démilitarisation et une dénazification de l’Ukraine », a-t-il ajouté, assis à un bureau en bois sombre.

« Nous n’avons pas dans nos plans une occupation des territoires ukrainiens, nous ne comptons imposer rien par la force à personne », a-t-il assuré, appelant les militaires ukrainiens « à déposer les armes ».



Il s’est excusé en réitérant ses accusations de «génocide» perpétré par l’Ukraine dans des terres séparatistes pro-russes, ainsi qu’en poussant à un appel aux armes pour les séparatistes et à une stratégie ottomane d’agression contre la Russie qui serait employée par l’Ukraine.

Une série d’explosions ont été entendues quelques jours plus tard à Kiev, Kramatorsk, la ville orientale où se trouve le quartier général de l’armée ukrainienne, Kharkiv (est), la deuxième ville du pays, Odessa (sud) sur la mer Noire, et Marioupol, la principal port du pays à l’est.

À Lviv, la ville orientale où les États-Unis et de nombreux autres pays ont déplacé leurs ambassades, et à Odessa, des sirènes aériennes retentissent toutes les 15 minutes.

>>Lire aussi : En réponse aux allégations d’une cyberattaque en Ukraine, la Russie répond.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici