Guinée : Voici pourquoi Mamadi Doumbouya a ordonné un partage équitable des revenus

0
186
guinée

Le colonel Doumbouya a donné aux entreprises jusqu’à la fin du mois de mai pour soumettre des plans et un calendrier pour la construction de raffineries de bauxite, selon une vidéo publiée sur la page Facebook du président et tirée d’une réunion tenue vendredi avec des représentants du secteur.



Avec une quantité estimée à 7,4 milliards de tonnes, la Guinée possède les plus grandes réserves de bauxite au monde, une ressource utilisée pour fabriquer de l’aluminium, un élément essentiel dans les industries automobile et alimentaire. C’est également le deuxième plus grand fabricant du pays. La Guinée fournit à la Chine environ la moitié de sa bauxite.



>>Lire aussi : Audition Ousmane Sonko « demande à ses partisans de ne pas envahir le tribunal »

>>Lire aussi : Comment arrive-t-on à entreprendre ?

Les retombés en Guinée

Les bénéfices tirés de l’exploitation de la bauxite ou d’autres ressources naturelles abondantes comme le fer, l’or et les diamants, en revanche, sont notoirement inégaux en Guinée. L’insuffisance des investissements dans la mise en place d’un tissu économique local, le manque d’infrastructures nécessaires comme les routes, la corruption omniprésente et les lacunes de la législation existante sont autant de raisons citées par les experts.



« Malgré la croissance minière dans le secteur de la bauxite, il est évident que les recettes prévues sont inférieures aux attentes », a déclaré le colonel Doumbouya à l’industrie. « Vous et nous ne pouvons plus continuer ce jeu de dupes qui crée une énorme iniquité dans nos relations. »



Société minière de Boké (SMB), un consortium formé par l’armateur singapourien Winning Shipping, le producteur d’aluminium chinois Shandong Weiqiao et le Yantai Port Group), Compagnie des bauxites de Guinée (CBG, détenue à 49 % par l’État guinéen et à 51 % par Halco Mining Inc.



Non-respect des conventions

Le colonel Doumbouya avait convoqué les représentants d’une douzaine de sociétés, dont au moins six étaient présentes.

Selon le ministre des Mines, Moussa Magassouba, toutes ces sociétés ont été contraintes par l’Etat guinéen de construire des raffineries depuis 1983 pour l’une d’entre elles (CBG). Selon lui, TBEA, une société chinoise, envisage de construire une fonderie d’aluminium. Il poursuit en disant que certaines de ces entreprises n’ont même pas réalisé d’étude de faisabilité.



« Je vous demande de revenir vers le ministre des Mines et de la Géologie avec des recommandations, un projet et un calendrier détaillé pour la construction de raffineries d’alumine en République de Guinée avant la fin du mois de mai », a-t-il déclaré. Il a demandé que toutes les matières premières nécessaires à la production d’alumine soient également fabriquées localement.



Les entreprises qui ne respecteront pas les dates de construction des raffineries s’exposeront à des sanctions, a prévenu le colonel Doumbouya, qui a pris le pouvoir par la force en septembre 2021 et a voulu rassurer les investisseurs étrangers. Il les a rassurés que la Guinée honorera ses engagements.



Cependant, en mars, il a ordonné l’arrêt de toutes les opérations dans l’énorme mine de fer de Simandou, demandant aux opérateurs internationaux tels que SMB et Rio Tinto de protéger les intérêts nationaux. Fin mars, le gouvernement guinéen et les opérateurs ont signé un accord-cadre de 15 milliards de dollars pour le co-développement du gisement.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici