Pédopornographie : un agent de l’ambassade de France au Sénégal arrêté

0
488
Pédopornographie : un agent de l'ambassade de France au Sénégal arrêté

Le 12 février à Roissy, le suspect de 58 ans, administrateur réseau de l’ambassade de France au Sénégal, a été interpellé et placé en détention provisoire.



Il contenait des photographies et des enregistrements « abominables » de jeunes agressés, selon une source proche de l’enquête. Samedi 12 février, des enquêteurs de l’OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes) ont saisi un agent de l’ambassade de France à Dakar à l’aéroport de Roissy, le soupçonnant de transmettre plusieurs fichiers pédopornographiques sur Internet.



Selon 20 Minutes, cet homme de 58 ans, jusqu’alors inconnu des services de police, a été interrogé et placé en garde à vue à la suite de son interpellation. Une plainte pénale a été déposée.

Les policiers de la brigade des mineurs de la police judiciaire parisienne ont été les premiers à remarquer les habitudes en ligne illégales du suspect. Les enquêteurs du réseau peer-to-peer ont révélé que cette personne transférait «un grand nombre» de fichiers décrivant des enfants agressés. Il a été retrouvé grâce à son adresse IP.

Les crimes ayant eu lieu en dehors de la juridiction française



Cette dernière dirige les détectives vers cet homme, administrateur réseau à l’ambassade de France au Sénégal. Les crimes ayant eu lieu en dehors de leur juridiction, les détectives parisiens ont confié l’enquête à leurs collègues de la DCPJ, à savoir les enquêteurs homicides de l’OCRVP.

Ces personnes ont découvert que le suspect est tenu de rentrer à Paris. Son avion atterrit à l’aéroport Charles de Gaulle de Paris. En descendant de l’avion, il est arrêté et gardé en vue. La détention, la distribution, l’archivage et l’importation de données pédopornographiques, les visites régulières de sites Web pédopornographiques et la corruption de jeunes de moins de 15 ans ont tous été sondés le 15 février.



Par ailleurs, le suspect s’est vu attribuer au chef de l’atteinte à la vie privée le statut de témoin aidé. Il a été envoyé temporairement dans un établissement correctionnel.



Un juge d’instruction supervise actuellement l’enquête. Elle est curieuse de savoir si cet homme a déjà maltraité des enfants. Un port-parole du Quai d’Orsay dans 20 Minutes indique : « Une procédure judiciaire est en cours, et nous ne pourrons pas la commenter ». « Compte tenu de la situation administrative de cet agent et des charges très lourdes qui l’entourent et de sa détention, les mesures conservatoires nécessaires ont été prises. »

>>Lire aussi : Centre Afrique : suite l’arrestation de 4 soldats français, l’Elysée s’insurge !

Source : 20Minutes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici