Trump Voudrait débuter une enquête contre Facebook, Twitter, Google

0
55
donald trump annonce la fin de relation avec l'oms



Le président du nouveau continent Donald Trump accuse les réseaux sociaux d’être trop partiel. Toutefois, la campagne pour sa réélection a débuté la semaine dernière.

Les réseaux sociaux en danger ?

Les géants du web sont pris en partie par le président Trump. Pourtant, la campagne ne fait que commencer. Donald Trump envisage de lancer une commission d’enquête sur des soupçons de censure et de biais antirépublicain, selon le Wall Street Journal.

La semaine dernière, Donald Trump avait dégainé un tweet en ce sens, brocardant les Gafa. «La gauche radicale est aux commandes de Facebook, Instagram, Twitter et Google»; avait-il écrit, et de préciser qu’il fallait «trouver un remède à cet état de fait illégal».

En outre, La forme que prendrait cette éventuelle enquête n’est pas encore définie. Il pourrait s’agir d’une commission à la main de la Maison blanche. La présidence pourrait aussi encourager la Commission des communications ou celle en charge des élections à lancer des investigations.

Les accusations contre les réseaux sociaux – tout comme les médias en général – sont affaire courante dans les milieux conservateurs. L’été dernier, la Maison blanche avait organisé un sommet sur le sujet de leurs biais supposés prodémocrates. Donald Trump avait alors envisagé plusieurs options, dont le recours aux agences fédérales; avant d’abandonner ce projet devant les critiques émanant des associations pro-liberté civiles.

La base électorale du président, elle, apprécie ces menaces, car elle est déjà convaincue de la culpabilité des réseaux sociaux. Pas moins de 64% des sympathisants républicains pensent qu’ils sont biaisés en faveur des démocrates; d’après un sondage du Pew Research Center de 2018. Ils brandissent aussi quelques exemples.

Le compte du directeur de cabinet de Donald Trump avait ainsi été «caché» partiellement ; («shadow banning») par Twitter en 2018 (bien avant, donc, son entrée en fonction). Mais c’était parce qu’il avait régulièrement interagi avec des comptes Twitter bannis par le réseau social pour non-respect des règles.

Un futur comité d’enquête ?

Les observateurs estiment que, l’élection présidentielle approchant, le président pourrait finalement agir. Ils critiquent déjà «un futur comité d’enquête politique pour voir si les réseaux sociaux ont des biais ; politiques», comme le tacle un entrepreneur de la tech sur Twitter. La figure du persécuté pourrait toutefois servir à mobiliser la base électorale de Donald Trump. Alors même que le président en exercice manie bien mieux les réseaux sociaux que son concurrent démocrate Joe Biden.

Source : Lefigaro

Lire aussi : Donald Trump retire les Etats-Unis du traité du “Open Sky “

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here