Thaïlande : Le Premier Ministre Prayuth Chan-ocha refuse de démissionner

0
32
Le premier ministre ne compte pas démissionner
FILE PHOTO: Thailand's Prime Minister Prayuth Chan-ocha attends the 2019 National Anti-Trafficking in Persons Day at a Convention Center in Bangkok, Thailand, June 5, 2019. REUTERS/Athit Perawongmetha

En Thaïlande, les manifestations exigeant le départ du Premier ministre refusant de démissionner et une réforme de la monarchie continuent malgré l’Etat d’urgence imposé. Alors que des manifestants ont lieu dans la capitale thaïlandaise, le gouvernement a imposé un état d’urgence. Désormais, les rassemblements de plus de cinq personnes et la diffusion d’informations relatives aux manifestations sont interdits. Cependant, la jeunesse n’en démord pas, elle mène encore de plus belle la lutte.a



Une première en Thaïlande, le Premier Ministre refuse de démissionner

Une première en Thaïlande, la jeunesse demande une réforme de l’institution monarchique, le départ du gouvernement et une nouvelle constitution. Ferme dans les revendications, les manifestations prennent de plus en plus de l’ampleur. Malgré l’interdiction des rassemblements instaurés dans la capitale, des milliers des manifestants se sont réuni le soir du jeudi 15 octobre. Ils étaient là malgré l’absence de leurs leaders.

N’en pouvant plus Tian s’exprime : « Notre gouvernement n’écoute pas du tout le peuple, franchement ils nous méprisent…et le roi aussi. Il mène la grande vie en Allemagne en utilisant les ressources de notre pays, alors qu’ici l’économie s’écroule. Qu’est-ce que c’est qu’un monarque qui réside à l’étranger, en continuant à toucher nos impôts. On ne peut vraiment plus l’accepter, c’est ça qu’on est venu dire au gouvernement. »





Une fausse concession

Face à leur résolution de poursuivre les manifestations, le Premier ministre Prayut Chan-Ocha, tient un discours d’apaisement. Souligné sur Rfi, Prayut Chan-Ochan, met fin à l’état d’urgence décrété dans la capitale et appelle la population au calme. Mais pour Rangsiman Rome, c’est une fausse concession à laquelle le Premier ministre consent.

« Le premier ministre n’a fait aucun compromis, dit-il. Il refuse de démissionner, alors que c’est de que le peuple demande. Il appelle la population à faire confiance aux mécanismes parlementaires, c’est très ironique puisque lui-même est arrivé au pourvoir par coup d’Etat. C’est bien que lui-même ne croit pas au débat parlementaire », rajoute-t-il.

Pour les manifestants malgré l’état d’urgence levé, ils sont déterminés dans leurs revendications. Toutefois, cela reste une première en Thaïlande, le Premier ministre refuse toujours de démissionner.

>>Lire aussi : Au Nigéria : La communauté internationale pointe le président Muhammadu Buhari du doigt

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here