Réforme au Nigéria : Démantèlement de la SARS, Muhammadu Buhari ne compte pas s’arrêter là

0
11
Buhari réagit face au mouvement des jeunes contre le SARS

Au Nigéria, la présidence a entamé ses réformes dans le corps policier en commençant par le démantèlement de la brigade anti-braquages SARS. En effet, la brigade spéciale anti-braquages ‘‘SARS’’ est souvent mise en cause par la population. Ainsi que par les défenseurs des droits de l’homme pour ses dérives. La population à bout d’intimidation s’est manifestée et rapidement, la présidence a annoncé la dissolution de l’unité SARS.



Démantèlement de la SARS

La population nigériane en a marre des prestations de la police, plus précisément de l’unité SARS. La brigade spéciale anti-braquages, SARS, est mise en cause par la population pour ses dérives. En effet, les hommes de cette unité spéciale sont accusés pour abus de pourvoir envers la population (arrestations arbitraires, torture, assassinats extrajudiciaires…). Celle-ci ne pouvant plus supportée a lancé un mouvement de protestation en commençant sur les réseaux sociaux avec le hashtag #EndSARS.

Rapidement, le mouvement a été soutenu par des stars de l’Afropop, demandant l’intervention du président. Parmi eux, Wizkid, écrit sur Twitter : « Old man ! La police continue de tuer les jeunes nigérians tous les jours. Faites quelque chose ! » Et après une semaine de mobilisation, les autorités réagissent.





L’inspecteur général de la police nigériane a finalement annoncé le démantèlement de la brigade anti braquages. « Tous les hommes qui travaillaient dans cette unité spéciale vont être redéployés avec effet immédiat. Nous donnerons prochainement les détails concernant la lutte contre les braquages et les crimes violents », a-t-il annoncé.

     La population insatisfaite, demande plus d’action

Malgré cette annonce, les manifestants ne sont toujours pas satisfaits. Et dès le lundi à Lagos et d’autres régions, les mobilisations ont repris et ils ont bloqué le péage de Lekki. Ils attendent davantage plus du gouvernement et surtout veulent entendre l’intervention du président.

À cet effet, le président Muhammadu Buhari a réagi dans l’après-midi de ce lundi. « Le démantèlement de la brigade anti-braquage n’est que le premier pas dans notre engagement pour une réforme étendue de la police. Afin de garantir que le premier devoir de la police est bien de protéger la vie de nos concitoyens », dit-il.

Mais certains manifestants restent toujours sur leurs faims. Quelques heures après la déclaration du président, un manifestant a été tué par la police. Des vidéos et témoignages dénonçant les abus de ses officiers sont publiés.

>>Lire aussi : End SARS: Trey Songz insulte le président nigérian, “sac à merde”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here