Présidentielle en Côte d’Ivoire : Possible report de la date du scrutin ?

0
65
Le président Ouattara, invité sur Rfi et France 24

L’élection présidentielle en Côte d’Ivoire est déjà au bout du nez des ivoiriens. A quelques jours de la date du scrutin présidentiel, Alassane Ouattara se montre serein. Pourtant depuis l’annonce de sa candidature, le pays traverse de vive tension. Et l’on se demande s’il n’aurait pas un probable report de la date du scrutin fixé au 31 octobre prochain. Mais le président Alassane Ouattara n’y pense pas car la constitution lui interdit de prendre une telle décision.



L’entretien avant le scrutin de la présidentielle en Côte d’Ivoire

A quatre jours du scrutin, le président Alassane Ouattara, invité sur France 24 et RFI, éclaircit les zones d’ombres. Alors que sa candidature crée d’énorme tension dans tout le pays, ADO assure qu’il agit par amour pour le pays. Il déclare: «c’est mon amour pour mon pays qui me pousse à être candidat». N’est-ce pas là un amour forcé, quand les aimés préfèreraient son départ plutôt que sa candidature ?





Accusé par ses adversaires d’être avide du pouvoir, Ouattara garantit sa victoire sur ces derniers. Il affirme: «avec moi, la défaite [de mes adversaires] est certaine. C’est pourquoi ils décident de ne pas y aller ». Abordant le cas Laurent Gbagbo, Ouattara juge qu’il est temps que Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire et que son passeport est en cours de délivrance. Sans pour autant donné de précision sur la date.

>>Lire aussi : Présidentielle Côte d’Ivoire 2020 : Le camp d’opposition hors du processus électoral mise en place

Quant au rapport de la date du scrutin suite aux récents événements, le président affiche sa position. Pour Alassane Ouattara, «ce serait un parjure, car la constitution fixe l’élection au dernier samedi d’octobre». Et en poursuivant, il rassure que les élections auront être belle et bien lieu le 31 octobre.

«C’est un sacrifice que je fais pour cette année»

La flamme d’amour du président Ouattara ne risque pas d’être ravivée en 2025. «Cela suffit comme ça, c’est un sacrifice que je fais pour cette année. Alors, [pour 2025], il me sera difficile, même impossible [de me présenter]. Et j’espère que la constitution va nous régler le problème », at-il déclaré.

Par contre, le problème du moment, n’est encore résolu. Le pays se trouve dans une instabilité à forte probabilité de violences. Les organisations internationales appellent à la vigilance. L’ONU pour raison de sécurité, suspend toutes missions non essentielles dans le pays jusqu’au 15 novembre 2020.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here