Mali : Goodluck Jonathan, médiateur de la Cédéao, au Mali, est-ce pour une levée des sanctions ?

0
194
Le médiateur de la Cédéao à Bamako



Attendu à Bamako, le médiateur de la Cédéao, Goodluck Jonathan est arrivé dans l’après-midi du mercredi 23 septembre. Après le mini-sommet d’Accra avec la junte, le médiateur attitré de la Cédéao vient effectuer une visite au Mali. Il y est pour 48 heures afin de voir si les conditions posées par la Cédéao sont remplies.

Seul l’ancien président Goodluck Jonathan pourrait se prononcer …

Le mardi 15 septembre passé à Accra, avait eu lieu un mini-sommet extraordinaire entre la Cédéao et la junte. Au sortir de ce sommet, la Cédéao avait  exigé la désignation d’un président civil à la tête de la transition. Sous peine d’imposition d’un embargo total sur le Mali.



A cet effet, l’ex-président nigérian, Goodluck Jonathan a effectué une descente dans l’après-midi du 23 septembre à Bamako. Dans le but d’une inspection des conditions posées par la Cédéao à la junte. Mais le médiateur a fait comprendre qu’il revient au président en exercice de se prononcer sur la levée des sanctions. « C’est au chef de l’Etat ghanéen Nana Akufo Addo, président en exercice de la Cédéao, qu’il revient de se prononcer sur une éventuelle levée des sanctions », a-t-il notifié. Un entretien est prévu ce jeudi 24 septembre entre Goodluck Jonathan et Assimi Goïta.

Au cœur des discussions …

En effet, face au menace d’embargo total sur le Mali, Bah N’Daw fut désigné comme président de la transition. Bah N’Daw est un militaire en retraite et ancien ministre de la Défense. Sa désignation est survenue un peu avant l’arrivée du médiateur de la Cédéao. Une rencontre sans doute aura lieu entre ce dernier et Goodluck Jonathan.



Le carpe du président de la transition franchi, celui d’un premier ministre civil sera au cœur des discussions ce jour. Mais il faut noter que le colonel Assimi Goïta désigné comme vice-président ne rassure pas la Cédéao. Elle a donc demandé mardi dernier un toilettage de la charte de la transition, une précision faite sur Rfi. Afin que le vice-président ne puisse pas remplacer le président en cas d’empêchement ou de démission.

Lire Aussi : Mali : Le président de la transition enfin connu

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here