Élections au Burundi : arrestations musclées de ses mandataires

0
69
elections au burundi avec des arrestations musclés



Cela fait des mois que la Commission d’enquête de l’ONU sur le Burundi alerte les autorités ; et la communauté internationale sur les risques d’une aggravation de la situation à l’approche et au lendemain des élections au Burundi.

“La grâce divine”

Tout avait bien commencé le mercredi matin à l’aube, où l’on pouvait apercevoir de longues files d’électeurs ; attendant sagement l’heure d’ouverture des bureaux de vote à 6h00. Seule concession à la pandémie du Covid-19 qui sévit dans ce pays qui se dit protégé par ; « la grâce divine », le lavage des mains par endroits. Les élections s’avère tendu au Burundi.

Mais très vite dans la journée, le principal parti d’opposition est montée au créneau pour dénoncer des « fraudes massives » ; à travers tout le pays : arrestation de dizaines de ses mandataires politiques chargés de veiller au bon déroulement des opérations de vote ; expulsion de ces bureaux de dizaines d’autres, d’autres encore tabassés, bourrage d’urnes, votes multiples ou encore usage abusif de procurations. Des journalistes indépendants et des témoins sur place ont confirmés ces allégations.

“Huis clos”

Mais impossible pour le CNL d’Agathon Rwasa de faire entendre sa voix auprès des autorités ou la Céni ; alors que ces scrutins se sont déroulés à « huis clos », selon des diplomates.

Pas de missions d’observation internationale, ni de d’observateurs nationaux indépendants, à part quelques diplomates de pays amis. Interdiction de prendre des photos dans les bureaux de vote, et depuis l’aube, des réseaux sociaux coupés.

Reporters sans frontières dénonce ce mercredi soir ; « un huis-clos digital qui prive journalistes et citoyens d’un média essentiel à la crédibilité du scrutin ».

Imperturbables, la police du Burundi et la Céni se sont félicités toute la journée de scrutins qui se sont déroulés dans de très bonnes conditions, en regrettant des « incidents mineurs » à l’actif selon eux, du seul parti d’Agathon Rwasa.

Sept candidats étaient en liste pour le premier tour de cette présidentielle. Le président Pierre Nkurunziza qui dirige le pays depuis 2005 ne se représente pas ; le candidat du pouvoir du CNDD/FDD est Évariste Ndayishimye avec comme principal concurrent l’opposant Agathon Rwasa.

Lire aussi : Pénurie alimentaire mondiale, l’ONU sonne l’alarme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here