Au Royaume-Uni : un nouveau-né reçoit pour prénom Lucifer

0
435
un nouveau-né porte le prénom de lucifer



Après de longs pourparlers avec le personnel de la commune, des parents britanniques sont autorisés à nommer leur nouveau-né Lucifer. Ce fait est actuellement source de sérieux remue-ménages au Royaume-Uni.

Comme quoi, d’aucuns parents ne s’embêtent pas pour donner des prénoms hautement originaux à leurs enfants. A titre illustratif, nous avons le cas du chanteur Mick Jagger ou de Matthieu Chedid.

D’ailleurs, en cas de manque d’inspiration, il existerait même une entreprise qui se propose de voler à votre secours. Sur ce, il est tout à fait normal qu’un couple britannique en vient à nommer son nouveau-né… Lucifer.

Lucifer, un prénom à ne pas donner

Cette affaire de prénom particulier est relayée par le Daily Mail. Dan et Mandy Sheldon, parents du nouveau-né en question souhaitaient appeler leur nourrisson de quatre mois Lucifer. Cependant, ce souhait fut rejeté par le personnel de la commune de Chesterfield du moins au premier abord.





Usant des arguments pertinents, les géniteurs du nouveau-né obtinrent gain de cause. En effet, pour le personnel communal, l’enfant ne pourrait jamais trouver un emploi et les professeurs ne le voudraient pas au cours. Contre cette allégation, rapportée par le père du nouveau-né, des réponses convaincantes furent données.

Un « beau prénom, un prénom unique »
Pour la famille, si Lucifer est un autre prénom du Diable, il reste qu’il n’a rien à avoir avec elle. Et ce, dans la mesure où elle n’est pas religieuse. Par ailleurs, si le prénom leur plaît, c’est eu égard à son sens grec : « le porteur de lumière ».

De fait, la famille conclut que c’est un « beau prénom, un prénom unique ». Ceci étant, l’agent de la commune fut obligé de céder à leur demande. Toutefois, l’affaire engendre dorénavant d’énormes polémiques au Royaume-Uni. Les autorités ont fini par présenter des excuses à la famille.


Précisons que ce n’est pas la première fois que ce prénom aussi particulier fait débat à travers le monde. Déjà en 2013, il fut interdit en Nouvelle-Zélande. L’Islande donna la même réponse à un couple en 2019. Par contre, ce prénom fut autorisé en Ecosse en 2018.

>>Lire aussi : Coronavirus: le monde est plus que jamais en émoi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here